• Je n'ai pas voté à la primaire du PS

    Je n’ai pas participé à la primaire du Parti socialiste, j’avais piscine… Ce n'est d'ailleurs pas plus mal puis que j’aurai eu quelques difficultés à signer leur « charte des valeurs de la gauche ». Non pas que je ne partage ce qui y est dit, mais simplement que je me suis fait une règle personnelle d’éviter d’apposer ma signature au bas de toute niaiserie politicienne. 


    Il faut avouer cependant que l’exercice était intéressant et qu’il mériterait d’être mit en place au sein de tous les partis politiques. En effet, laisser la possibilité à tout citoyen de décider de l’avenir d’une formation politique est un pas de plus vers la fin du parti politique traditionnel et ça, j’aime bien.

    Parce que oui, il faudra bien un jour en finir avec ces groupements obscurs composés d’un petit groupe de dirigeants qui décident de tout pendant que des groupies sans cervelles, pardon… des « militants », se chargent d’harceler les passants à coup de tracts et de phrases toutes faites.

    Si l’on veut faire évoluer la démocratie, il faudra forcement que les encartés cèdent la place aux citoyens et les primaires du PS sont, en ce sens, une petite avancée.


    L’autre mérite des primaires du PS, c’est de permettre aux UMP de se ridiculiser un peu plus. En effet, même si l’exercice est critiquable tant dans sa forme comme dans son contenu, les commentaires des militants UMP sur la chose transpirent le plus souvent d’une bêtise particulièrement délectable. Tellement arc-boutés sur l’idée que le camp d’en face est le mal absolu et que tout ce qu‘il fait est à jeter aux orties, les interventions des UMPistes dégoulinent de commentaires dignes d’une cour de maternelle, entrecoupés des fameux « éléments de langage » que les têtes pensantes du parti ont fait distribuer dans les sections.

    L’exemple local le plus parlant, c’est sans doute Nicolas Henault qui brille sans contexte dans l’art d’être mauvais joueur en s’étalant frénétiquement sur son profil Facebook avec des blagues qui suintent la hargne.

    Je pense, à titre personnel, que les piques acerbes envers les primaires socialistes sont le fait d’un sentiment bien connu : la jalousie. Jalousie du temps de parole médiatique que cela laisse au PS, certes. Mais aussi jalousie du fait que chez les autres, on a le droit de s’exprimer alors qu’à l’UMP, à moins de pouvoir se payer une place au Fouquet’s, notre voix n’est même pas sollicitée.


    Si j’étais allé voter à la primaire, j’aurai sans aucun doute voté pour Arnaud Montebourg. C’est en effet celui qui me semble le plus proche de mes valeurs avec sa démondialisation (je préfère le terme de relocalisation) et sa défense de la 6ième République. Ca ressemble furieusement à ce qui se murmure chez Europe écologie avec, certes, un coté un peu plus populiste, voir opportuniste.


    Pour le second tour, le choix entre Aubry et Hollande risque d’être difficile. La première rassure la gauche, le second est bien mieux placé pour battre Sarkozy en 2012.

    Dans tous les cas, une victoire du PS en 2012 risque immanquablement de conduire à une déception massive, la sociale démocratie ne proposant rien qui puisse inverser la tendance à la précarisation de notre pays. Tout au plus, ce sera moins pire que l’UMP, mais certainement pas suffisant pour redonner de l’espoir.

    Il faut que je vérifie mon agenda pour le second tour, mais il me semble bien que j’ai a nouveau piscine ce jour là et je crois que je ne suis pas le seul...


    Copé aussi devait avoir piscine



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :