• J'ai du mal avec les socialistes.

     

    A Europe écologie, on n’a pas bien le choix, on est bien obligé de travailler avec les socialistes. Or, ce n'est pas forcément simple à assumer, surtout lorsqu'on souhaite, comme moi, un renouveau de la politique.


    En effet, je suis de ceux qui souhaiteraient que la politique retrouve son sens noble. Je suis de ces gens qui ont cette impression que le monde politique français n’est plus qu'une oligarchie de gens à l'éthique douteuse. J’aimerai travailler à l’émergence d’un milieu politique où les élus ne considèreraient plus leur mandat comme un simple moyen de revenu et pour qui l'essence même de l'action politique ne consisteraient pas qu’à se faire réélire mais bien à faire progresser la société.

    Or, force est de constater qu'au PS (et ailleurs à gauche), une telle lutte contre le pourrissement de la politique n’est pas une priorité. Et pas besoin de revenir aux années Mitterrand et à leur lot d'affaires glauques ! Un simple regard sur l’actualité suffit !

    Comment expliquer, par exemple, que les socialistes furent si nombreux à traîner la patte pour dénoncer l'affaire Woerth et que, encore aujourd'hui, le PS ne soit en rien un moteur de la contestation ? Parce que non, ce ne sont pas les socialistes qui dénichent et dénoncent les travers de cette affaire d'état, ce sont bien les journalistes qui sont en pointe sur ce sujet, avec Internet comme moyen de relais dans l’opinion.


    Si le PS reste aussi frileux pour demander plus d'éthique (qui a dit morale ?) au sein de la classe politique, n'est-ce pas parce qu'il est lui même un peu responsable du fameux sentiment que les politiques sont « tous pourris » ?

    Regardons encore l'actualité : Jacques Chirac doit bientôt comparaître pour une affaire d'emplois fictifs du temps où il était maire de Paris. Avant que le procès n'ait lieu, Chirac, l'UMP et le Maire (PS) de Paris ont réussit à bidouiller un accord à l'amiable dont le principe fort est simple : l'UMP va payer à la Mairie de Paris ce que Chirac lui doit, évitant ainsi à l'ancien président français tous risque de condamnation lors du procès à venir. Rappelons que le contribuable est la 1ere source de financement des partis politiques et que c'est donc le contribuable (via l'UMP) qui va verser de l'argent à la Mairie de Paris pour éviter à Jacques Chirac un procès qui lui serait dommageable, le tout avec la bénédiction des socialistes.

    Bien évidement, à Europe écologie, ce genre de petits arrangements, on n’en est pas fan, mais alors pas du tout ! Du coup, des voix se sont élevées chez nous, et en particulier celle de la députée européenne Eva Joly, pour dénoncer cette affaire.

    La réaction socialiste face à cet affront des écologistes a été sans appel : Martine Aubry en tête, le PS a tenté de faire pression sur l'appareil dirigeant des Verts, et notamment sur Cécile Duflot, afin que les critiques contre cette affaire cessent au sein d'Europe écologie.

    C'est moche, et c'est très révélateur.


    Souvent, j'entends parmi mes concitoyens « à gauche, c'est les même qu'à droite, ils ne pensent qu'à leur gueule, je vois même pas l'intérêt de voter ». C'est sans aucun doute populiste, mais ce n’est quand même pas si faux.

    Travailler avec le PS ? Bien évidement, c'est moins pire que de pactiser avec l'UMP. Et puis non, ils ne sont pas « tous pourris », y’a beaucoup de gens au PS que je respecte pour leur exemplarité, sans même parler des valeurs que nous partageons. Mais la volonté de faire du ménage au sein de la classe politique pour la rendre tout simplement plus intègre ne semble, hélas, pas être un des but premier du PS.

    Pourtant, à mon sens, c’est la base de toute progression dans nos sociétés. Rien n’est possible sans un renouvellement profond de la manière dont on fait de la politique. Sans ça, pas de soutiens, pas d’adhésion du peuple envers l’action politique, donc aucun pouvoir réel, juste une parodie qui tente de faire fie de l’abstention et du désintérêt pour la citoyenneté.


    Le désaccord entre Europe écologie et le PS n’est pas qu’une question écologique, c’est aussi une question d’éthique. Ca n’empêche pas de travailler ensemble, mais j’avoue que, parfois, lors d’un second tour d’élection, si Europe écologie n’a pas réussit à se maintenir, le bulletin PS que je tiens dans mes mains est bien loin de me faire bander.

     

    Je sais, c'est un peu provoc tout ça, mais, par pitié, ne venez pas me dire que je fais le jeux du FN. Les seuls à jouer pour les extrêmes, ce sont les membres de la haute classe politique actuelle, autoreproductrice, quasi-imperméable à toute une partie de la population, gangrenée par le pouvoir et le fric.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :